frontière

Europe, Frontière, Sécurité

Avec le Brexit, la question d’une réunification de l’Irlande resurgit

Le casse-tête de la frontière irlandaise après le Brexit, toujours irrésolu, a amplifié le soutien au maintien dans l’Union européenne en Irlande du Nord et fait resurgir aussi la question d’une réunification entre cette province britannique et la république d’Irlande voisine.

Pour rappel, lors du référendum de juin 2016 sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne, l’Irlande du Nord avait voté à 56 % en faveur du maintien dans le giron européen — mais à l’échelle nationale, le Brexit était sorti gagnant avec 52 % des voix.

Ce soutien a considérablement crû depuis, selon une étude menée par la Queen’s University Belfast, qui a sondé plus de 1 000 Nord-Irlandais : 69 % d’entre eux pensent aujourd’hui que leur pays devrait rester dans l’UE.

Contrairement à l’Écosse, qui s’est également prononcée contre le Brexit, l’Irlande du Nord pourrait techniquement demeurer au sein de l’UE en se prononçant par référendum pour la réunification avec l’Irlande voisine.

Historiquement, la possibilité d’un référendum sur le rattachement au voisin du sud est prévue dans l’accord de paix du Vendredi saint qui avait mis fin, en 1998, à trente ans de conflit entre unionistes majoritairement protestants et républicains catholiques. Concrètement, le pouvoir d’appeler à une telle consultation revient à Londres, lorsque le gouvernement britannique estimera qu’une majorité est favorable à la réunification.

Bémol, toujours selon l’étude, le désir de réunification est plutôt faible au sein de la communauté protestante, tandis que l’opinion catholique est plus divisée et « fortement dépendante » de l’issue des négociations de sortie avec Bruxelles.

Par ailleurs, alors que le gouvernement britannique veut tourner le dos à l’union douanière européenne et au marché unique, 61 % des Nord-Irlandais veulent au contraire y rester. Un Brexit dur, combiné à un ralentissement économique, rendrait la perspective d’une unité irlandaise « particulièrement attirante ».

Cependant, des eurosceptiques britanniques accuse le gouvernement irlandais d’exagérer le problème de la frontière irlandaise et d’user de son rôle clé dans les négociations sur le Brexit pour poursuivre son « agenda caché » en vue d’une réunification de l’île. Du côté irlandais, une chose est sûre, le Brexit a insufflé une nouvelle dynamique dans les conversations et les irlandais parlent de plus en plus d’unité, au Nord comme au Sud.