Epidéme

Environnement, Europe, Santé, Science

Epidémie d’obésité en Europe : un enjeu de santé publique

L’augmentation de la proportion de personnes obèses dans le monde a été qualifié « d’épidémie » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). D’après des chiffres de 2017, elle concerne 17% des adultes dans l’UE. Plus largement, 52% des Européens sont en surpoids ou obèses, soit un adulte sur deux et près d’un enfant sur trois.

L’association entre le surpoids et surtout l’obésité (qui n’est pas une maladie en soi) et des pathologies graves comme le diabète, l’hypertension, les maladies cardiovasculaires, forme un problème de santé publique à l’importance croissante. À long terme, l’espérance et la qualité de vie de nombreux Européens s’en trouveront affectées. Les politiques publiques tentent de s’emparer du problème.

Comment expliquer cette augmentation ?

Incontestablement, l’obésité et la surcharge pondérale sont liées aux moyens alloués aux dépenses de nourriture. Mais pas uniquement. Le degré de sédentarité est un autre élément prépondérant. L’activité physique a donc aussi son importance, mais « une activité sportive régulière ne pourra pas contrebalancer les effets néfastes d’une alimentation déséquilibrée », note Laurent Barrat.

Quelles sont les mesures prises par les Etats ?

Enjeu de santé publique, plusieurs Etats tentent de changer les comportements alimentaires à risque en augmentant la taxation de certains produits qualifiés de « malbouffe ». Aussi appelée « taxe comportementale », cette charge modifie le coût immédiat des choix alimentaires. Les pouvoirs publics justifient son recours par le surcoût médical engendrée par une mauvaise alimentation.

La Roumanie est l’un des pays précurseurs en la matière. Le pays a imposé en 2010 une taxe sur les fast-foods. Le Danemark également a imposé des taxes sur les confiseries, les sodas et la crème glacée en 2013. Des projets similaires ont depuis été mis en place dans de nombreux pays européens, dont la France.

Quelles sont les recommandations de la Commission européenne ?

La Commission européenne s’est aussi emparée du sujet. Même si la santé reste de la compétence des Etats, elle entend formuler des recommandations pour agir à l’échelle européenne et harmoniser les politiques. Le Livre blanc de 2007 consacré aux problèmes de santé liés à la nutrition, la surcharge pondérale et l’obésité, ainsi que le plan d’action de l’Union européenne 2014-2020 pour lutter contre l’obésité infantile proposent des pistes de réflexion.