Contrainte carbone au sein de l'Union Européenne

Environnement, Europe, Santé

Plus de 95% de la population mondiale respire un air pollué

Plus de 95% de la population mondiale respire un air ambiant pollué, selon un nouveau rapport du Health Effects Institute.

L’organisation, qui étude la qualité de l’air, publie un rapport en se basant sur de nouvelles découvertes, telles que des données satellite et un meilleur contrôle, pour estimer le nombre de personnes exposées à un air pollué au-dessus des limites fixées par l’Organisation mondiale de la santé.

Les villes hébergent une majorité croissante de la population mondiale, exposant des milliards de personnes à la pollution atmosphérique, notamment dans les pays en développement. Cependant, dans les zones rurales, la combustion d’énergies fossiles pollue souvent l’air à l’intérieur des habitations. Les communautés les plus pauvres seraient donc les plus touchées.

Une personne sur trois dans le monde est touchée par la pollution atmosphérique intérieure et extérieure, qui est la quatrième cause de décès, après l’hypertension artérielle, l’alimentation et le tabac. En 2017, six millions de personnes sont décédées à cause de la pollution de l’air, qui contribue aux risques d’AVC, de crise cardiaque, de cancer du poumon et de maladie pulmonaire chronique. Plus de la moitié des personnes décédées vivaient en Chine ou en Inde.

L’utilisation de combustibles fossiles tels que le charbon ou la biomasse pour la cuisine ou le chauffage a exposé 2,6 milliards de personnes à la pollution atmosphérique intérieure. Cette combustion ne nuirait pas seulement à la qualité de l’air à l’intérieur des foyers, mais elle pourrait polluer l’air des zones avoisinantes. Un décès sur quatre en Inde et un décès sur cinq en Chine sont dus à ce phénomène.

Bob O’Keefe, vice-président de l’institut, estime que l’écart entre les pays les plus touchés et les moins touchés par la pollution atmosphérique est frappant. Alors que les pays développés ont mis en place des mesures pour assainir l’air, de nombreux pays en développement ont pris encore plus de retard en se concentrant sur leur croissance économique.

En moyenne, les zones les plus touchées seraient 11 fois plus polluées que les régions les moins touchées, contre six fois en 1990.

Les émissions provenant des transports inquiètent également de plus en plus à mesure que le trafic routier augmente. Le diesel est une cause majeure de pollution atmosphérique dans certains pays riches, notamment au Royaume-Uni – mais dans les pays pauvres, les voitures en piteux état fonctionnant à l’essence peuvent être tout aussi polluantes que les véhicules à diesel.