déforestation

Environnement, Europe, Transport

L’Europe s’attaque à la lutte contre la déforestation importée

Les importations européennes de soja, de cacao ou encore d’huile de palme entretiennent la déforestation dans les pays en développement. En Europe, la lutte contre ces dommages collatéraux est, en outre, compliquée par les enjeux agricoles.

Dans la région du Gran Chaco, à cheval entre l’Argentine, le Paraguay et la Bolivie, la forêt recule au profit des cultures intensives de soja. Le constat dressé par l’ONG Mighty Earth dans son rapport « Quand la déforestation s’invite à notre table » alerte sur la disparition des forêts au profit de la culture de soja dont une grande partie est ensuite exportée vers l’Europe pour répondre aux besoins de l’alimentation animale.

La situation des forêts du Gran Chaco n’est pas isolée. Dans de nombreux pays forestiers de l’hémisphère sud, la déforestation gagne du terrain au profit de monocultures intensives très largement exportés vers l’Europe, pour répondre aux besoins de l’alimentation animale (soja), de l’industrie agroalimentaire et des biocarburants (huile de palme) ou de chocolat (cacao).

Le sujet de la déforestation importée commence donc à attirer l’attention de Bruxelles, qui a présenté au mois de mars une étude qui envisage un certain nombre de mesures ambitieuses, dont la sortie des agrocarburants de première génération d’ici 2030, dont le bilan carbone est largement dénoncé. Autre recommandation, la mise en œuvre de mesures législatives de contrôle des chaines d’approvisionnement sur les produits à risques. Enfin, l’étude européenne mentionne explicitement le besoin de mettre en œuvre des mesures de la réduction de consommation de viande et de produits laitiers.

Mais, le calendrier politique européen pourrait entamer la volonté politique. À un peu plus d’un an des prochaines élections européennes, la Commission actuelle arrive en fin de mandat. Normalement l’exécutif européen est supposé proposer un plan d’action d’ici-là, mais la Commission ne semble pas encore, malgré un timide éveil, être très volontaire.