BXL Londres

Bruxelles, Europe, Londres

Entre Bruxelles et Londres, les divergences se confirment

Entre Bruxelles et Londres, les divergences se confirment. Theresa May veut un accord commercial poussé peu compatible avec la conception du marché unique des Européens. Elle exclut la possibilité de fonder les futures relations entre l’UE et le Royaume-Uni sur un modèle existant.

Après le Brexit, l’accès des Britanniques au marché européen, et vice-versa, sera moins important qu’il ne l’est actuellement. Le Royaume-Uni demandera par ailleurs une adhésion à titre de membre associé à une série d’agences de l’UE, notamment dans les domaines de l’aviation, des médicaments et des produits chimiques, en échange d’une « contribution financière appropriée ».

L’adhésion à l’Agence européenne des médicaments « permettrait la continuation des investissements dans de nouvelles molécules innovantes au Royaume-Uni, ainsi qu’un accès rapide aux médicaments pour les patients qui en ont besoin », souligne la Première ministre.

Les secteurs pharmaceutiques et chimiques sont parmi les plus grandes industries exportatrices du pays. Leurs lobbies font donc pression sur le gouvernement pour garder leur accès au marché unique. Si le gouvernement compte sortir de l’Union douanière, Theresa May espère qu’un « partenariat douanier » pourra être mis en place, afin d’harmoniser les obligations pesant sur les importations. Elle défend également la mise en place d’un « mécanisme d’arbitrage » indépendant pour résoudre les différends et d’un accord sur la protection des données, afin d’assurer la stabilité des flux de données.

« Je ne vois pas comment nous pourrions atteindre un accord sur le Brexit si le gouvernement britannique continue à faire l’autruche comme cela », retorque Michel Barnier, négociateur en chef pour l’UE. De son coté, Tony Blair souhaite que les dirigeants européens repensent l’UE en profondeur pour convaincre Londres de rester dans l’UE. Une sortie reste dangereuse pour les deux parties. Il temps que les politiques se réveillent pour qu’un miracle se produise encore. L’homme milite patiemment pour l’organisation d’un deuxième référendum sur les conditions finales du Brexit.