Fintech

Economie, Entreprendre, Europe

Bruxelles veut faire de l’Europe « un centre mondial des Fintech »

Bruxelles veut faire de l’Europe « un centre mondial des Fintech ». La Commission européenne vient de dévoiler un plan d’action pour faciliter l’essor des startups de la finance.

Elle a exposé début mars comment exploiter de manière optimale les possibilités offertes par les innovations technologiques dans le domaine des services, autrement dit la Fintech.  L’objectif étant que dans ce secteur en plein essor, les entreprises et les investisseurs puissent tirer parti des avantages qu’offre le marché unique.

Une attention particulière est portée sur les crowdfunding, les plateformes de financement participatif, où la Commission prend ses premières mesures concrètes en proposant la création d’un label paneuropéen. Cet agrément permettrait aux plateformes de gagner en envergure. Celles-ci seraient alors en mesure de mettre en relation investisseurs et entreprises dans toute l’Union européenne, ce qui donnerait la possibilité aux startups et structures innovantes de présenter leurs idées à un public plus large de bailleurs de fonds.

La mesure ne concerne pas toutefois le financement participatif sous forme de don ou contre récompense (à la Kisskissbankbank ou Ulule), ni les prêts à la consommation (comme Younited Credit) qui sont couverts par une directive distincte. Les campagnes de financement participatif de plus d’un million d’euros sur 12 mois sont également exclues de cette proposition.

Le crowdfunding s’est particulièrement épanoui depuis 2014. Grâce à ce concept, plusieurs acteurs économiques nouveaux ont émergé dans plusieurs pays européens. Mais les plus bénéficiaires se trouvent au Royaume-Uni, où le marché s’est énormément développé.

Le crowdfunding n’est qu’un volet du plan d’action. Dans la vingtaine d’initiatives prévues, la Commission met aussi l’accent sur la cybersécurité (des ateliers seront mis en place pour améliorer le partage d’informations en la matière) et la Blockchain (« chaîne de blocs », technologie prometteuse de stockage et transfert d’informations sécurisé).

Autre annonce : la Commission mettra sur pied un « laboratoire européen des technologies financières » ou « Fintech lab », au sein duquel les autorités européennes et nationales dialogueront avec les fournisseurs de solutions technologiques dans un environnement neutre et non commercial. Cet espace permettra aussi aux Fintech de « tester leurs projets en situation réelle et dans un environnement contrôlé. Des initiatives qui devraient contribuer à faire revenir notre économie européenne.