Harcelement

Europe, Sécurité, Société

Une campagne contre le harcèlement sexuel au travail

Lancée par le Défenseur des droits, une autorité française indépendante, une campagne de communication vise à pallier au flou sur la définition de l’harcèlement sexuel au travail. D’après une récente étude, 57 % des actifs s’estiment mal informés sur le harcèlement sexuel, dont 69 % dans les 25-34 ans.

Balance ton porc, la mobilisation récente sur la multiplication des violences sexistes et sexuelles à laquelle nous assistons doit être le socle d’un changement. S’il y a toujours des stéréotypes, émerge aussi une plus grande lucidité dans ce qui est considéré comme contraire à l’égalité entre les femmes et les hommes.

C’est pour rappeler que le harcèlement sexuel est interdit par la loi et inviter les personnes concernées à faire valoir leurs droits que la campagne a été pensée. À travers un dépliant, une affiche et un court-métrage, qui devrait circuler d’ici à une dizaine de jours sur les réseaux sociaux notamment, le Défenseur des droits entend toucher le plus grand nombre et expliquer, de manière pédagogue, la définition du harcèlement sexuel au travail et le rôle qu’il peut jouer pour accompagner les victimes.

Cette campagne de sensibilisation est un appel à réagir. Une femme sur cinq a été confrontée à une situation de harcèlement sexuel au cours de sa vie professionnelle ; dans plus de 4 cas sur 10, un collègue est à l’origine du harcèlement ; un supérieur hiérarchique ou un employeur l’est dans 40 % des cas ; Et le nombre d’expériences rapportées est en augmentation constante depuis les années 2000.

Ce combat est l’affaire de tous et la libération de la parole amplifiée devrait être levier dans les politiques publiques à mener, insistent les instigateurs de la campagne. Ils demandent, notamment, la multiplication des campagnes nationales d’informations, l’obligation de séance d’éducation à la sexualité en milieu scolaire encore trop souvent « source des stéréotypes », la formation des professionnels et notamment des policiers et des gendarmes chargés de recueillir la parole des victimes et l’amélioration de la prévention et de la sanction dans les entreprises et la fonction publique.

Le phénomène est tout sauf banal. Actuellement, 94 % des plaintes pour harcèlement sexuel sont classées sans suite. Vous êtes victimes ? Vous trouverez toutes les informations et démarches à suivre concernant la protection contre la violence et le harcèlement au travail sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale