Forêt

Environnement, Europe, Santé

L’Europe a besoin d’une gestion active et durable des forêts

Pour respecter ses objectifs climat et énergie, l’Europe devra assurer une gestion forestière durable, mais sans surréglementer la bioénergie forestière, estime Emma Berglund, secrétaire générale de la Confédération des propriétaires forestiers européens (CEPF).

À ce jour, les arbres sont à peu près le seul système de captage et de stockage du carbone actif en Europe. La meilleure stratégie à long terme pour maximiser le potentiel des forêts est de mettre en place une gestion des forêts pour les rendre plus résistantes et assurer qu’elles soient saines et vivantes.

On peut également maintenir la croissance des forêts en coupant les vieux arbres et en les remplaçant par des arbres qui poussent plus vite et qui captent plus de carbone. Ces arbres peuvent ensuite être utilisés dans des produits dont la vie sera longue, comme des matériaux de construction qui stockent le carbone à long terme, mais aussi dans des alternatives à des produits plus gourmands en énergie ou basés sur des ressources fossiles.

Dans ce domaine, on parle généralement des trois S : séquestration (ou captage), stockage et substitution. Quand les arbres grandissent, ils captent du CO2, ce CO2 peut être stocké dans des forêts vivantes ou dans des produits ligneux, puis ces produits peuvent remplacer des combustibles fossiles.

Pour les spécialistes du secteur, tout ce que l’on peut faire à partir du pétrole peut aussi se faire à partir du bois. Techniquement, il existe de nombreuses possibilités d’innovation et de recherche, et la bioéconomie est aussi un moyen d’atteindre de nombreux objectifs différents en même temps.

60 % des forêts de l’UE appartiennent à des propriétaires privés, principalement des familles et des petits propriétaires. Ces personnes doivent être motivées à gérer activement et durablement leurs ressources pour mobiliser ce dont la société a besoin en cette période de transition pour soutenir la bioéconomie forestière

Rappelons que le bois est le combustible le plus ancien de l’humanité et il est actuellement la forme d’énergie renouvelable la plus utilisée en Europe. En outre, cette seconde vie du bois procure aux propriétaires forestiers un revenu secondaire non négligeable.