Forêt

Environnement, Europe, Santé

L’Europe appelée à mieux protéger les forêts

Les nations forestières ont appelé l’UE à renforcer le contrôle des chaînes d’approvisionnement des produits responsables de la déforestation, tels que l’huile de palme ou le cacao.

Les 15 février, à l’issue d’un forum de trois jours sur le commerce durable, les droits des peuples locaux, les droits de l’Homme et la déforestation, une délégation de 11 nations forestières a averti l’UE et ses États membres que le système commercial mondial – en violation des engagements pris – continue de produire et de vendre des produits qui « détruisent la vie et les moyens de subsistance des populations forestières ».

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 8,8 millions d’hectares de forêts naturelles ont été perdus chaque année entre 2010 et 2015, soit une superficie totale à peu près équivalente à celle de la Suède

Quant à la production d’huile de palme, elle devrait atteindre un niveau jamais vu en 2018. Or, l’huile, notamment utilisée dans la fabrication de biocarburant, a ses détracteurs, qui dénoncent autant l’utilisation d’une culture vivrière comme carburant que l’impact de sa culture sur les forêts

Cette culture n’est cependant pas sans danger, même si l’on exclut le problème de la redirection de produits alimentaires vers le secteur énergétique. Elle entraine en effet une destruction massive des forêts, avec des conséquences dramatiques en termes de réchauffement climatique, de protection de la faune et de la flore et de droits des populations locales.

Alors que l’UE est en train de négocier des accords commerciaux avec toute une série de pays, des voix de plus en plus nombreuses appellent à une redéfinition de la politique commerciale européenne, afin qu’elle tienne davantage compte des engagements du bloc en termes de climat et de droits de l’Homme. Par ailleurs, la Commission devrait se prononcer « dans les semaines à venir » sur l’élaboration, ou non, d’un plan d’action sur la déforestation, une décision « capitale », selon Greenpeace.