diesel

Environnement, Europe, Technologie

L’Allemagne dans l’attente d’un jugement clé sur le diesel

Les tribunaux allemands décideront ce jeudi si les villes allemandes peuvent interdire la circulation de voitures très polluantes, un jugement qui sera lourd de conséquences pour les constructeurs de modèles diesel.

Depuis que Volkswagen a reconnu en 2015 avoir faussé ses tests antipollution, les voitures diesel font l’objet d’une attention accrue en raison de leurs émissions jugées responsables de maladies respiratoires.

L’association de protection de l’environnement Deutsche Umwelthilfe (DUH) a porté plainte contre Stuttgart, siège de plusieurs constructeurs automobiles, et Düsseldorf, concernant les niveaux de particules émis par les voitures, qui ne seraient pas conformes aux normes européennes d’émissions d’oxyde d’azote (NOx).

Quelque 15 millions de véhicules diesel circulent en Allemagne et les associations de défense de l’environnement estiment que leur niveau de pollution dans au moins 90 villes dépasse le seuil autorisé par l’Union européenne (UE).

Les tribunaux locaux ont ordonné aux municipalités concernées d’interdire les voitures diesel non conformes aux dernières normes les jours de forte pollution, une décision que contestent les constructeurs automobiles, car une interdiction totale pourrait entraîner une décote sur le marché de l’occasion et une hausse du coût des contrats de location, qui sont basés sur la valeur résiduelle des véhicules.

Les Länder concernés, où les constructeurs automobiles et leurs fournisseurs disposent d’une forte influence, ont fait appel des décisions, laissant le dernier mot au tribunal administratif fédéral. La plus haute juridiction en la matière du pays doit donc décider si de telles interdictions peuvent être imposées légalement au niveau local.

Dans l’attente de cette décision, signalons que Paris, Madrid, Mexico et Athènes ont déjà annoncé leur intention d’interdire les véhicules diesel dans les centres-villes d’ici 2025, tandis que le maire de Copenhague veut interdire l’accès à la ville dès l’année prochaine aux nouvelles immatriculations diesel. En 2040, les voitures neuves à essence et diesel seront totalement interdites en France et en Grande-Bretagne, au profit des véhicules électriques.