Eau

Environnement, Europe, Santé

Bruxelles s’attaque au défi de la qualité de l’eau.

Grand défi pour Bruxelles, la qualité de l’eau. En améliorant la qualité de l’eau ainsi que son accès, la Commission européenne espère réduire drastiquement le recours aux bouteilles en plastiques.

Une proposition législative dévoilée par les commissaires Frans Timmermans et Karmenu Vella souhaite garantir l’accès à l’eau dans le cadre du pilier des droits sociaux européens. Une réponse directe à l’initiative citoyenne « Right2Water », signée par 1,6 million d’Européens.

Pour l’élaborer, l’exécutif européen s’est notamment servi d’informations fournies par l’Organisation mondiale de la santé et a ajouté des substances comme les bactéries légionelles et le chlorate à une liste de critères de sûreté.

Si la révision vise une eau la plus pure possible, elle se penche également sur la transparence, avec des critères d’accès à l’information sur la qualité de l’eau en ligne. Selon les estimations, cet accès à l’information permettrait à lui seul de réduire les risques sanitaires potentiels de 4 % à 1 %.

La Commission souhaite aussi rendre les factures plus claires, non seulement pour aider les citoyens à comprendre leurs paiements, mais aussi pour améliorer l’efficacité du système.

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les pertes des systèmes publics de distribution d’eau, principalement dues à des infrastructures inadaptées, représentent jusqu’à 24 % dans l’UE. La consommation d’énergie du secteur représente quant à elle pas moins de 3,5 % de la consommation d’électricité totale. Dans un rapport, la Commission publie des chiffres encore plus effarants : dans certains États membres, les pertes d’eau potable s’élèvent carrément à 60 %. En obligeant les fournisseurs à dévoiler ces informations, l’exécutif espère favoriser l’efficacité, puisque les citoyens pourraient s’offusquer de payer pour les erreurs des fournisseurs.

Enfin, l’exécutif européen espère que l’amélioration de la qualité de l’eau et l’obligation d’installer des fontaines à eau dans les lieux publics permettront aussi de réduire le nombre de bouteilles en plastique utilisées en Europe. De même, l’amélioration de la qualité de l’eau du robinet devrait décourager l’achat d’eau en bouteille, avec une économie de pas moins de 600 millions d’euros par an, puisque l’eau courante ne coute en moyenne que 0,002 euro le litre. Outre les économies financières, cela permettrait de réduire de 1,2 million de tonnes les émissions de gaz à effet de serre.