Economie, Europe, Recherche

Le budget de l’UE concentré sur l’éducation et la recherche

Pour répondre au problème du chômage, le budget de l’Union Européenne pourrait surtout insister sur des domaines tournés vers l’avenir, comme l’innovation et l’éducation.

La stratégie de Lisbonne et la stratégie Europe 2020 n’ont pas tenu leur promesse de faire de l’Europe la région la plus dynamique et la plus compétitive du monde. La révolution numérique actuelle est menée par des entreprises américaines telles que Google, Amazon, Facebook, Apple ou Microsoft. Les grandes entreprises européennes peinent à achever leur transition vers la quatrième révolution industrielle. Et au lendemain de la crise financière, des centaines de milliers d’emplois ont été perdus.

Le rapport sur les risques mondiaux de 2018 du Forum économique mondial souligne que « les défis systémiques se sont intensifiés, dans un contexte d’incertitude, d’instabilité et de fragilité ». Dans ce contexte, les États membres veulent rendre leurs économies plus compétitives en investissant davantage dans l’innovation.

Le prochain cadre financier pluriannuel sera donc l’instrument clé pour mobiliser les énergies de l’Union. Et la combinaison de l’éducation et de la recherche sont les meilleures options pour obtenir des rendements à long terme.

Actuellement, les deux tiers du budget européen sont consacrés à la politique agricole commune et aux fonds de cohésion. Pour plusieurs pays, dont l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Autriche, ces politiques appartiennent au passé. Ainsi, certaines capitales réclament des réductions « drastiques » des subventions aux agriculteurs et des subventions accordées aux États membres pour les grands projets d’infrastructure afin de favoriser des programmes de recherches en Europe comme pour booster Erasmus

C’est la compétitivité européenne qui est en danger. La thérapie doit être appropriée. Les efforts réalisés pour encourager la création, l’innovation, le développement et l’internationalisation de nos connaissances doivent constituer le cœur de la nouvelle politique intégrée de l’Union. C’est notre maintien à niveau en termes d’éducation et de recherche qui offre incontestablement aux européens l’une des clés.