Femme

Europe, Femme, Société

Le Conseil de l’Europe s’alarme de la situation du droit des femmes

Dans un rapport publié le 5 décembre, le Conseil de l’Europe, qui a pour mission de protéger les droits dans 47 Etats-membres, souligne que « dans plusieurs pays européens, des menaces ont recommencé à peser sur la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes ces dernières années ».

Les menaces pesant sur les droits des femmes incluent notamment des propositions législatives soutenant une interdiction presque totale de l’avortement en Lituanie, en Slovaquie, en Espagne, en Pologne et en Russie.

En Arménie, Macédoine, Géorgie, Russie et Slovaquie, des obstacles procéduraux ont été introduits, afin de limiter là aussi le nombre d’avortements. Il s’agit souvent de période d’attente et de conseils non objectifs obligatoires qui, selon l’OMS, n’ont aucun intérêt médical et ne servent qu’à limiter l’emprise des femmes sur leurs propres décisions. Des propositions législatives allant dans ce sens ont également été avancées en Lettonie, en Lituanie et en Roumanie.

En outre, même dans les pays où l’avortement est légal, les femmes n’y ont pas toujours accès, les médecins pouvant refuser en cas d’objection de conscience. En Italie, environ 70 % des professionnels de la santé refusent de participer à un avortement. Dans certaines régions, il est donc virtuellement impossible de se faire avorter.

Le rapport souligne également les menaces pesant sur les défenseurs des droits de l’Homme en général. « La récente introduction par certains États membres de politiques et de réglementations restrictives pour la société civile en général, par exemple en Hongrie et en Fédération de Russie, a eu un impact direct et concret sur les défenseurs des droits de l’Homme et sur les organisations de la société civile qui œuvrent en faveur de la santé et des droits sexuels et reproductifs des femmes », estime le rapport.

De manière plus générale, meurtre, coups, viol, privation de la liberté d’agir ou d’aller et venir, excision, mariage forcé, la liste des violences perpétrées sur les femmes est tellement longue, que les associations de défense des droits humains n’avancent pas de chiffres précis pour dénombrer les victimes.

Une chose est certaine, les droits des femmes se dégradent de part le monde …. Mais, L’encadrement législatif et la coercition ne font donc pas tout. Au contraire, les organismes de défense des droits humains préconisent le recours à l’éducation, et particulièrement des garçons et des hommes pour endiguer les atteintes à l’encontre des femmes.