jeux vidéo

Europe, Numérique, Technologie

La régulation des jeux vidéo est-elle utile ?

La régulation des jeux video est-elle utile ? C’est la question sur laquelle se penchent des enquêteurs belges, et notamment quant aux jeux dans lesquels on paie pour obtenir des avantages.

Plus concrètement, quand Star Wars se retrouve dans les journaux, c’est généralement lié au fait qu’un nouveau film ou un nouveau jeu vidéo vient de sortir. Bien que Star Wars: Battlefront 2 ait récemment débuté ses ventes dans le monde entier, c’est la commission belge des jeux de hasard qui a fait les unes internationales par rapport à la franchise de films et de jeux de vidéos. La commission étudie ainsi la pratique des «loot boxes», grâce auxquelles les joueurs peuvent faciliter leur progression en achetant des crédits supplémentaires dans le jeux. En pratique, cela signifie que les joueurs pourraient obtenir de meilleurs scores dans les modes multijoueurs en ligne, s’ils ont investi plus d’argent pour gagner des bonus. La prétendue stratégie «pay-to-win» est désormais sous le contrôle d’une enquête.

Aux États-Unis, des législateurs réclament déjà des règles plus strictes sur ces jeux vidéo et l’Union pour les consommateurs en France exige non seulement de déclarer la pratique comme du jeu hasard, mais exige également que les producteurs annoncent les jeux en tant que tels, notamment vis-à-vis des personnes mineures.

Des poursuites éventuelles toutefois vaines, selon Bill Wirtz, analyste politique qui estime que ces jeux n’ont rien à voir avec les jeux de hasard. En outre, à l’heure actuelle, il n’y a aucune preuve d’un lien entre les achats de soi-disant «loot boxes» et le jeu de hasard dans la vie réelle. D’une manière comparable, « prêter pour un temps indéterminé » un feutre à un camarade de classe (ce qu’on a tous déjà fait) ne fera pas de nous des braqueurs de banque.

Toujours selon l’analyste, les acteurs les plus important dans ce scénario ne sont pas le législateur mais les parents, car la situation implique souvent des mineurs qui jouent à ces jeux. Ce devrait être à eux de décider à quels jeux leurs enfants sont aptes à jouer ou non. Nous ne pouvons pas laisser la politique publique régir tous les aspects incontrôlables du développement des enfants, sans tenir compte du fait qu’un rôle parental raisonnable est essentiel au bien-être de l’enfant.

Les interactions entre les parents et leurs enfants ou entre la communauté des joueurs et les développeurs de jeux sont donc nécessaires pour l’évolution d’une industrie devenue une part importante de l’économie numérique.