Europe, Sécurité

Un système de protection civile commun dans l’UE ?

La Commission européenne a proposé, le 23 novembre dernier, de créer son propre système de protection civile pour réagir aux catastrophes naturelles.

Les récents incendies au Portugal ont, en effet, de nouveau révélé l’insuffisance du dispositif européen d’aides aux victimes de catastrophes naturelles. C’est à cette occasion que le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, a émis l’idée de réorganiser la protection pour contrer plus efficacement ces événements.

Les tragédies des dernières années ont montré que notre système actuel d’intervention, basé sur le volontariat, a atteint ses limites. Bruxelles propose donc de mettre en place sa propre réserve de capacités, basée sur la location d’avions de lutte contre les incendies de forêt et sur l’achat de pompes à eau, de matériel médical d’urgence et de sauvetage en matériel urbain.

Si la réforme de Bruxelles est acceptée, 280 millions d’euros seront dégagés pour la période 2018-2020.

Rappelons que l’année 2016 aura battu tous les records en matière d’indemnisations des sinistres d’origine naturelle ou technologique. La multiplication des ouragans et des feux de forêt dans des zones très couvertes explique en partie le chiffre colossal de 175 milliards de dollars.

Le nombre des victimes est en revanche plus modéré qu’en 2015, puisque ce sont 11.000 personnes qui auraient trouvé la mort l’an passé à cause des séismes, tempêtes, inondations et feux de forêt qui ont frappé de par le monde (contre 26.000 l’année précédente). En tout, ce sont 327 événements catastrophiques qui ont été dénombrés dans le monde, dont 191 catastrophes naturelles et 136 catastrophes techniques.

Comme les quatre années précédentes, c’est l’Asie qui a été la plus durement touchée, à la fois en termes de nombre d’événements catastrophiques (128) et de dommages économiques correspondants (avoisinant les 60 milliards de dollars). Le séisme qui a frappé l’île japonaise de Kyushu en avril a occasionné les dommages économiques les plus lourds, estimés entre 25 milliards de dollars et 30 milliards de dollars. L’événement le plus coûteux a été une tempête de grêle au Texas en avril, occasionnant pour 3,5 milliards de dollars de dommages économiques, dont 3 milliards de dollars étaient assurés, correspondant à un taux de couverture de grosso modo 86%.

Ces catastrophes naturelles plongent chaque année 26 millions de personnes dans la pauvreté.