Union energétique

Actualité, Europe

L’Union de l’Energie : Une priorité européenne

Comment impliquer les citoyens dans le projet d’Union Energétique est la question du jour. Priorité politique de la Commission Juncker, cette nécessaire ambition devrait plus impliquer le citoyen dans ses choix énergétiques.

Les réseaux d’électricité, et plus spécifiquement les réseaux de distribution, qui sont au cœur de la transition énergétique, peuvent constituer précisément un terrain d’entente, favorisant davantage les convergences entre les Etats membres et entre les consommateurs de ces derniers. 95% des énergies renouvelables sont, en effet, connectées aux réseaux de distribution, proches des sites de consommation. Véhicules électriques, maisons connectées, en devenant de plus en plus « smart », ils constituent aussi l’interface numérique pour accompagner les nouveaux usages des citoyens européens au sein de territoires plus « intelligents ».

Par ailleurs, pour atteindre l’ambition européenne de devenir leader dans l’électromobilité, l’enjeu des infrastructures de recharge est un élément-clef. Plusieurs initiatives ont été prises depuis, au sein du Benelux, entre l’Espagne, la France et le Portugal, entre la France et l’Allemagne ou encore entre les pays de l’Est et l’Allemagne. Il s’agirait donc de rassembler ces projets pour qu’en 2025, toutes les autoroutes européennes permettent de se relier en circulant en véhicules sobres en carbone et sans discontinuité.

Une nouvelle génération de « batteries du futur » pourrait également voir le jour, développées à l’aide de nouveaux matériaux qui permettront d’optimiser leur efficacité énergétique.

L’Europe entend également mettre en place une plateforme européenne des données énergétiques. En effet, les technologies d’exploitation de ces données (Big Data), en progrès continu, ouvrent des perspectives nouvelles pour le système énergétique. Les opportunités pour la transition énergétique sont ainsi aussi larges que les enjeux relatifs à la cybersécurité et à la protection des données.

Enfin, comme le rappelle la Commission, recomposer le paysage énergétique européen ne se réduit pas à une question d’investissements dans les réseaux, de régulation ou d’organisation ! Cela suppose aussi, et avant tout, un besoin important d’éducation, de formation et de partage intellectuel. Et c’est là que le citoyen a tout son rôle à jouer !

Alessandra d’Angelo.