économie circulaire

Actualité, Economie, Europe

Bruxelles remet l’économie circulaire au programme !

Bruxelles remet l’économie circulaire sur la table. La Commission européenne a présenté, le 24 octobre dernier, son programme de travail pour l’année à venir.

Actuellement, le développement du recyclage des matières premières est très loin de suffire pour satisfaire une demande mondiale qui explose et l’économie circulaire est donc dans le collimateur de l’Europe. Ainsi, avec pas moins de 85 milliards de tonnes aujourd’hui, contre 22 milliards en 1970, en moins d’un demi-siècle, les quantités de matières premières extraites dans le monde ont quadruplé. Et ce n’est pas fini ! Selon un récent rapport du Programme des nations unies pour l’environnement, la satisfaction de la demande mondiale à l’horizon 2050 nécessitera d’en extirper du sous-sol 180 milliards de tonnes par an. Cette évolution oblige à repenser la question de l’accès aux matières premières, comme delle de leur utilisation. C’est tout l’enjeu de l’économie circulaire.

La Commission promet donc de donner une suite favorable aux 10 priorités définies par la nouvelle équipe de Juncker, dont une stratégie en faveur de l’économie circulaire, « qui peut apporter des avantages énormes à notre compétitivité et à notre environnement ». Ses propositions se concentreront sur 100 % d’emballages recyclables en 2030 (sa stratégie Plastique est attendue d’ici la fin 2017) et sur la réutilisation de l’eau.

Comme Bruxelles le répète depuis une quinzaine d’années, l’Union de l’énergie sera également poursuivie. La priorité étant donnée à la concrétisation de la stratégie d’une « énergie propre pour tous », présentée en décembre 2016, et à la mise à jour des politiques en matière de changement climatique. Le paquet Énergie Climat 2030 est toujours en cours de discussion. Pour améliorer la sécurité d’approvisionnement, des règles communes vont être proposées aux gazoducs pénétrant dans le marché intérieur européen du gaz.

Enfin, en matière de transport, Bruxelles concentrera ses efforts sur les nouvelles normes d’émission de gaz carbonique des voitures, des camionnettes et des véhicules utilitaires lourds. Elle promet aussi de poursuivre ses travaux sur les batteries et les infrastructures pour les carburants de substitution. De quoi dynamiser le développement du véhicule électrique.

 

Alessandra d’Angelo.