Economie, Environnement, Europe, Sécurité, Technologie

Mobilité électrique aujourd’hui et demain

Question : l’ère de l’électro-mobilité serait-elle enfin arrivée ? En tout cas, c’est la tendance qui s’affiche clairement au sein d’une coalition de grandes entreprises et ONG, dont Renault-Nissan, Tesla, Siemens, Transport & Environment et l’Union Internationale des Transports Publics, s’est constituée pour faire pression sur les États membres de l’Union européenne afin d’accélérer le déploiement des infrastructures permettant une mobilité entièrement électrique.

La Plateforme pour l’électro-mobilité a été constituée en 2015 pour “unir les organisations de la société civile, de l’industrie et des différents modes de transports”, afin d’électrifier les transports en Europe et promouvoir les solutions pour ce faire auprès des institutions et États membres européens. Ses principales demandes sont :

  • Plus de stations de recharge, en ville et au-delà ;

  • Plus de flexibilité pour que les types d’équipements de recharge puissent fonctionner entre eux ;

  • Des procédures pour les permis de véhicules électriques et les incitations financières simplifiées ;

  • Des exigences plus importantes pour que la recharge des véhicules électriques dans les bâtiments ;

  • Et Un budget plus important pour le Mécanisme d’Interconnexion en Europe pour l’électrification de tous les modes de transport ;

Cette coalition demande aussi que dans la planification urbaine les responsables aient une vraie réflexion multimodale : il faut ainsi faciliter l’accès aux transports publics, par exemple en localisant les points de charge près des gares (de tramways ou de trains), avec des points de location de vélos électriques associés

L’objectif général est de rendre désirable au grand public l’électro-mobilité au-delà des avantages écologiques qui s’y attachent et sans changer les habitudes mobiles des consommateurs ou, à tout le moins, sans les compliquées.  Pour mémo, la Norvège est en passe d’interdire la vente de voitures à essence ou diesel en 2025. De plus, la norme Euro, qui resserre tous les quatre ans les émissions de pollution, sera telle à un moment que l’industrie ne pourra plus aller plus loin. L’électricité va devenir le mode de propulsion standard de l’ensemble des véhicules, légers, comme lourds . Affaire à suivre ….