Economie, Europe, News

Le Marché intérieur : quelles dynamiques pour demain ?

Avec ses 510 millions de consommateurs, le marché intérieur de l’Union européenne peut être considéré comme le plus grand marché au monde. Articulée autour de l’Union douanière (1968), de l’Acte unique européen (1986) et du traité de Maastricht (1992), ce marché unique concrétise une vision libérale du marché, où la suppression des barrières à l’échange alimente la croissance et la création d’emplois.

L’instauration du marché intérieur a amené une réelle intensification des échanges intra-européens, mais la hausse de ces échanges n’est pas uniforme dans tous les secteurs d’activité. Si les commerces de combustibles minéraux et de produits chimiques ont connu une forte expansion, à l’inverse, les produits manufacturés et les machines connaissent une baisse inédite de leur poids dans le commerce des pays membres.

La dynamique commerciale de l’UE est incontestablement menée par l’Allemagne : elle est le premier Etat membre du commerce européen, totalisant 22,6% (Eurostat) des exportations à destination d’autres Etats membres en 2015 (contre seulement 12% pour la France). Et malgré la forte croissance généralisée des échanges intra-européens, les différentiels de balance commerciale se creusent entre les pays de la zone euro.

Plombées par les politiques d’austérité post-crise de la dette européenne, les opportunités économiques sont peu nombreuses et la transformation des gains de compétitivité-prix en moteur de production exportable stagne. Les entreprises préfèrent consolider leurs marges plutôt que produire plus dans un contexte de demande globale hésitante.

Après avoir atteint un niveau élevé d’intégration économique dans l’Union, l’accent est mis désormais sur une amélioration de l’efficacité dans l’application des règles du marché unique. Dans cette optique, des progrès sensibles ont été réalisés dans l’intégration des marchés financiers ce qui donnera un coup de fouet à tous les autres secteurs de l’économie. De même, les 28 ont remporté des succès frappants dans l’amélioration de l’information des sociétés et la simplification des formalités préalables à la création d’entreprises.

Quant aux échanges entre pays de l’Union, ils pourraient être encore augmentés grâce à une meilleure application du principe de reconnaissance mutuelle selon lequel les marchandises ou services légalement vendus dans un État membre peuvent être vendus dans tous les autres.