Europe, Société

L’Europe, numéro 1 dans l’aide au développement et coopération

Plus de la moitié des fonds visant à aider les pays en développement provient de l’Union européenne, principal pourvoyeur d’aide au monde, principalement dans l’aide au développement et dans la coopération.

Éradiquer durablement la pauvreté est l’objectif prioritaire de la politique de développement de l’UE. Les autres objectifs visent entre autres à combattre l’épidémie de VIH/sida et à assurer l’enseignement primaire pour tous.

Si le nombre de personnes vivant dans la pauvreté absolue a diminué de 600 millions depuis 1990, les progrès réalisés dans les autres domaines sont moins encourageants, tels que ceux visant à réduire la mortalité maternelle et infantile et à assurer un approvisionnement en eau potable et un aux installations sanitaires, de nombreux enfants de moins de cinq ans mourant encore de diarrhée provoquée par des infections dues à l’eau et de maladies respiratoires aiguës. L’UE a donc récemment alloué un milliard d’euros supplémentaires pour venir en aide à 79 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

La politique de développement de l’UE vise également à permettre aux populations défavorisées de ces pays de prendre en main leur propre développement. En d’autres termes, il s’agit de traiter les causes de leur vulnérabilité, notamment le manque d’accès à la nourriture, à l’éducation, à la santé, à l’emploi, aux terres, aux services sociaux, aux infrastructures et à un environnement sain.

L’aide de l’Union Européenne vise aussi à réduire la dette des pays en développement, de sorte qu’ils puissent allouer davantage de ressources à des investissements publics essentiels au lieu de payer des intérêts aux riches bailleurs de fonds des pays industrialisés. Elle vise aussi à consolider leur processus démocratique et à mieux faire respecter les droits de l’homme, y compris l’égalité entre les femmes et les hommes.

En ce qui concerne les femmes en particulier, si des millions de filles et de femmes dans le monde sont encore menacées de mutilations génitales, des progrès sont toutefois enregistrés grâce à un projet mené par l’UE en coopération avec l’Unicef notamment. Une initiative qui a contribué à sauver des milliers de filles des mutilations génitales en Égypte, en Éthiopie, en Érythrée, au Sénégal et au Soudan.

Dernière aide en date, l’Union européenne a annoncé mercredi 8 février le versement de 35 millions d’euros d’aide supplémentaire pour Haiti destinée aux efforts humanitaires d’urgence et au relèvement économique du pays suite au passage destructeur de l’ouragan Matthew, sur le sud d’Haïti au début du mois d’octobre.