Produits alimentaires dans un supermarché

Economie, Europe

Le prix des produits alimentaires au sein de l’Union

Les prix des denrées alimentaires comme ceux du tabac varient beaucoup en fonction des pays européens. C’est ce que révèle une enquête menée par Eurostat sur plus de 440 produits.

Parmi les pays les plus chers, les Norvégiens et les Danois affichent respectivement des tarifs 60% et 45% plus élevés que les autres Etats-membres. Le Danemark est également le pays le plus cher pour le pain et les céréales, la viande et le poisson, alors que l’Etat chypriote est le plus cher pour le lait, le fromage et les œufs. C’est en France que le prix de la nourriture est 11% plus cher que la moyenne européenne, alors que le coût des fruits et légumes est 16% plus élevé.

Généralement, il faut aller dans les pays d’Europe centrale et de l’Est pour trouver les produits alimentaires les plus avantageux. La Roumanie est le pays de manière global le moins cher et la Pologne est l’Etat-membre le moins cher pour les produits laitiers. Si l’on matérialiste une carte la consommation d’alcool et des cigarettes, le prix de l’alcool en Irlande est de 75% au-dessus de la moyenne de l’UE. Et pour les cigarettes, le coût le plus élevé est au Royaume-Uni, soit 119% au-dessus de la moyenne de l’UE. Par contre, vous trouverez du tabac 50% moins cher en Bulgarie.

Anecdote, mais non des moindres, en ce qui concerne les produits laitiers, le prix du beurre a explosé à cause du hamburger américain qui fait grimper les prix, McDonald’s ayant réintroduit le beurre comme matière grasse dans ses recettes. La tonne de beurre européen atteint ainsi des niveaux record. Elle se vend 4 500 euros contre 2 500 euros en avril dernier, soit une hausse de 80%!

La consommation de beurre stagne, pourtant, en Europe. Elle régresse même en France, où l’on a relève toujours la plus grande consommation par habitant. Mais l’Europe produit aussi moins de lait depuis l’an dernier, après la crise de surproduction et de prix bas de 2014 et 2015, qui a découragé beaucoup d’éleveurs. Alors que les stocks de poudre de lait sont encore très pleins en Europe, les stocks de beurre fondent donc et les prix s’envolent. Une aubaine pour l’industrie laitière européenne sur le marché mondial, mais un sale coup pour les boulangers, les pâtissiers et l’industrie agro-alimentaire du Vieux continent. Quant aux particuliers, ils subissent très inégalement cette flambée des prix en Europe. En Allemagne, la plaquette de beurre a déjà augmenté de 40%, ailleurs, la valse des étiquettes se fait encore attendre.