Nuissances sonores à cause des embouteillages

Europe, Santé

La directive européenne sur les nuisances sonores

Le niveau sonore est une des nuisances principales de la vie quotidienne. 40% des citoyens interrogés se déclarent gênés par le bruit. Il nuit en outre gravement à la santé. Des dizaines de milliers de personnes en meurent chaque année en Europe. Les estimations parlent de 150 personnes en moyenne par jour, soit plus de 50.000 décès par an. En outre, 1,8 % des crises cardiaques en Europe sont attribuées à un niveau sonore excessif. Le bruit peut en effet provoquer un épuisement et entraîner le développement de maladies, entre autre, au niveau du cœur. Le problème le plus grave est la perte de sommeil. Selon l’OMS, on ne peut avoir une bonne nuit de sommeil si on subit un bruit de fond continu de plus de 30 décibels ou des bruits isolés de plus de 45 décibels. Les autres problèmes liés au bruit sont les acouphènes, les troubles mentaux et le stress.

Les nuisances sonores peuvent également avoir des conséquences néfastes sur la vie professionnelle ou la réussite scolaire. Les oiseaux et les autres espèces animales souffrent elles aussi du bruit. Si certaines espèces sont capables de s’adapter au milieu urbain, on craint que la pollution sonore n’en chasse d’autres des sites où elles se nourrissent et se reproduisent.

Plus de la moitié de la population de l’Union européenne est exposée à des niveaux de bruit supérieurs à 55 dB. Ce bruit provient majoritairement des transports routiers, ferroviaires et aériens en tête. Le bruit des transports représente  en effet près de 80 % du bruit émis dans l’environnement avec 3000 zones de bruit critiques du fait des transports terrestres. Le  bruit du transport ferroviaire et routier est à l’origine de 200. 000 cas de maladie cardio-vasculaires.

A l’Europe, outre une législation sur les sources de bruit émises par les matériels mis en vente, une directive impose aux États et à certaines grandes collectivités et aéroports d’élaborer des cartes et des plans de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE) de manière à évaluer l’exposition au bruit et à la limiter par des plans de lutte contre les nuisances sonores.

Dernière avancée législative en la matière: l’adoption d’une nouvelle « directive air » le 8 décembre 2016. L’objectif global de ce texte  est de réduire l’impact sanitaire de la pollution de l’air de 50% d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2005.