Exposition 5 Cities de William Klein au Botanique

Bruxelles, Culture

Le Botanique présente l’exposition 5 Cities de William Klein

Du 15 décembre 2016 au 5 février 2017, Le Botanique nous présente l’exposition 5 Cities du célèbre photographe William Klein. Pour la première présence bruxelloise de cet artiste à la renommée internationale, l’institution bruxelloise lui a offert son plus bel écrin, la superbe salle « Museum ».

L’exposition 5 Cities

Cette exposition de presque 200 œuvres et à la scénographie remarquable pose un regard rétrospectif sur son travail à travers 5 villes qu’il a immortalisées. Après New York, où il revisite les quartiers de son enfance, succèdent Rome en 1956, aux côtés de Fellini, puis Moscou et Tokyo en 1961, où il capture l’effervescence de la vie moderne et ainsi que Paris, sa ville d’adoption depuis 1947. Chacune de ces villes donne naissance à un ouvrage où William Klein s’investit personnellement dans leurs maquettes éditoriales. Il bouleverse là une nouvelle fois les pratiques classiques en adoptant un rythme quasi cinématographique dans la succession des images.

Aux clichés noir et blanc contrastés se mêlent également des contacts peints. Cela lui permet de renouer avec sa pratique picturale, initiée dans l’atelier de Fernand Léger dans les années 1950. Il se permet via ce biais de revisiter par le geste et la couleur l’ensemble de son travail photographique et de poser un nouveau regard sur ses propres œuvres.

Street Happening with Kazuo Ohno, Yoshito Ohno et Tatsumi Hijikata, Tokyo 1961 par William Klein
Street Happening with Kazuo Ohno, Yoshito Ohno et Tatsumi Hijikata, Tokyo 1961 © William Klein
Courtesy Polka Galerie, Paris / Galerie FIFTY One, Anvers

Son parcours

Né en 1928 de parents immigrés juifs hongrois, ce peintre et cinéaste américain s’est exilé à Paris en 1947 où il s’initie à la peinture.
C’est à travers des clichés d’architecture d’abord, puis d’expérimentations abstraites qu’il apprivoise son nouveau médium. Il est rapidement repéré par le magazine Vogue, qui le soutient dans son projet de journal photographique de New York qu’il entreprend en 1954.

La Sortie du livre Life is Good & Good for You in New York, fait l’effet d’une véritable bombe dans le monde de la photographie. La critique est partagée devant cette esthétique explosive, qui échappe aux préceptes de la photographie documentaire édictés par Henri Cartier Bresson.

En rupture totale avec l’idéal d’objectivité photographique défendu alors, William Klein prône au contraire une approche subjective et fragmentaire de la réalité. Il bouleverse les codes avec son noir et blanc contrasté et granuleux, ses cadrages sauvages, ses distorsions, ses flous. A l’aide de son grand angle, il abolit la distance qui sépare généralement le photographe et son sujet et se rapproche de façon troublante des inconnus qu’il capture sur sa pellicule. Toutes ses transgressions des codes en vigueur fondent la spécificité de son langage instinctif et brut. D’abord décrié et considéré comme vulgaire, son style à contre-courant percute. Au cours de ses 10 ans de collaboration avec la bible de la mode, le magazine Vogue, il s’attache à bousculer le genre très sage de la photo de mode.

Bikini, Moskow 1959 par William Klein
Bikini, Moskow 1959 © William Klein
Courtesy Polka Galerie, Paris / Galerie FIFTY One, Anvers

Son influence

Considéré comme l’un des pères de la « street photography », cet outsider a vu nombre de ses clichés élevés au rang d’icônes comme l’enfant brandissant une arme, la jeune femme défiant l’objectif à Moscou ou encore aux femmes posant dans les bains de Paris. Ces images et bien d’autres ont parcouru le monde entier et inspiré de très nombreux photographes, tant amateurs que professionnels.

Après New York, ce pilier de l’art photographique urbain, s’attache à immortaliser à travers son regard subjectif les villes de Rome, Moscou, Tokyo et Paris. Pour chacune d’elles, il parvient à en saisir la vibration, l’effervescence et l’atmosphère bigarrée. Il continue ainsi à disséminer constamment cette forme d’art photographique auprès d’une nouvelle génération à travers les quatre coins du monde. C’est ce parcours riche d’évolution et nourries cultures diverses que le Botanique met en valeur aujourd’hui. Avec l’exposition 5 Cities, la vénérable institution bruxelloise nous plonge dans plus de 60 ans d’esthétisme visuel et de bousculement des codes établis.

Plus d’information

http://botanique.be/fr/william-klein-5-cities-fr

Copyright de la photo de couverture:
Club Allegro Fortissimo, Paris 1990 (painted 2001) © William Klein
Courtesy Polka Galerie, Paris / Galerie FIFTY One, Anvers