Référendum pour le Brexit

Europe, Qui est qui

Le Brexit, le défi, la problématique et les enjeux

Le Brexit, c’est quoi finalement et quels en sont les enjeux pour l’Europe? C’est ce que nous allons essayer d’éclaircir ensemble dans ces quelques paragraphes.

Le Brexit?

Le « Brexit » est une abréviation de « British Exit », évoquant l’hypothèse d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, faisant référence au « Grexit » évoqué durant l’été 2015 lors de la crise grecque. A la différence du « Grexit », où la mise à l’écart de la Grèce de la zone euro (et non de l’Union européenne) pouvait être envisagée comme une sanction envers le pays, il s’agit ici dans le cadre du « Brexit » d’un départ volontaire de l’Union Européenne.

Pourquoi ce Brexit?

Lors de sa campagne pour briguer un second mandat de Premier ministre, David Cameron avait promis à son électorat, que s’il était élu, il organiserait, au plus tard en 2017, un référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l’Union européenne. Elections remportées et donc promesse tenue. Après un Conseil européen consacré à la question au mois de février 2016, le chef du gouvernement annonce que le référendum aurait lieu le 23 juin 2016. Référendum au cours duquel, 51,9 % des Britanniques choisissent de quitter l’UE. Le Premier ministre démissionne dans la foulée et Theresa May, choisie par le parti conservateur, est nommée le 13 juillet 2016 à la tête du gouvernement.

Les modalités du Brexit

Le 2 octobre 2016, Theresa May annonce que le Royaume-Uni actionnera l’article 50 du traité sur l’Union européenne qui prévoit l’hypothèse d’une sortie d’un Etat membre de l’Union européenne. Conformément à cette procédure, l’État qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. L’Union négocie alors avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, que le Conseil conclut ensuite à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen. Mais près d’un mois plus tard, le 3 novembre, la Haute Cour de justice britannique déclare inconstitutionnelle toute utilisation directe de l’article 50 par le gouvernement sans un vote préalable du parlement britannique. Le gouvernement britannique doit faire appel de ce jugement.

Les conséquences du Brexit

Sur les conséquences économiques, les experts et les chefs d’entreprises sont incapables à ce jour de se prononcer d’une seule voix. Pour certains, la sortie du Royaume-Uni sera une catastrophe politique, pour d’autres, un épouvantail qui redonnera foi dans l’Union européenne. Ce qui est certain, c’est que l’Europe va perdre l’une de ses trois grandes puissances, une des plus importantes places financières au monde, le premier partenaire diplomatique des Etats-Unis en Europe, ainsi que l’un des seuls Etats européens entretenant une armée régulière conséquente. Au Royaume-Uni, l’Angleterre pourrait également voir ses relations avec le gouvernement écossais, indépendantiste et europhile, se détériorer. En effet, un second référendum sur la sortie de l’Ecosse pourrait avoir lieu après le Brexit puisque cette dernière souhaite rester au sein de l’Union Européenne.