Espace Schengen

Europe

L’espace Schengen devient plus restrictif

Les ressortissants des pays tiers, qui n’ont pas besoin de visa, devraient devoir bientôt s’enregistrer en ligne avant de pénétrer dans l’espace Schengen. Une mesure destinée à lutter contre le terrorisme et l’immigration illégale, selon la Commission européenne.

Si le projet Etias, acronyme (en anglais) du Plan d’autorisation et d’information sur les voyages en Europe, voit le jour, les ressortissants des pays ne faisant pas partie de l’espace Schengen de libre circulation devront s’acquitter de la somme de 5 euros. Présenté par la Commission européenne, le dispositif ne sera pas un nouveau visa, mais un simple formulaire d’autorisation à remplir, en ligne, avant de monter dans un avion à destination de l’Europe. Il sera valable cinq ans.

Les informations contenues dans le formulaire seront ensuite comparées à celles contenues dans les différentes bases de données européennes, comme les fichiers antiterroristes, ceux d’Interpol ou d’Europol, ou encore ceux du système d’information Schengen. La mise en service de ce projet, qui est estimée à 210 millions d’euros, ne devrait cependant pas voir le jour avant 2020.