Historic Prison at Museo Marítimo de Ushuaia

Actualité

Le djihadisme en augmentation dans les prisons européennes

Selon une récente étude britannique, les prisons d’Europe sont devenues de véritables pépinière pour le recrutement terroriste et le djihadisme. Les chercheurs de l’ICSR, basé au King’s College de Londres, se sont ainsi penchés sur les profils de 79 djihadistes européens. Ces derniers se sont rendus à l’étranger pour combattre ou ayant été impliqués dans des actes de terrorisme. Ils sont essentiellement originaires de Belgique, du Danemark, de France, d’Allemagne, des Pays-Bas et de Grande-Bretagne. Parmi ces personnes, 57% ont fait un séjour en prison avant leur radicalisation et au moins 27% de celles qui ont été incarcérées ont été radicalisées pendant leur emprisonnement.

On estime à 5000 le nombre d’Européens de l’Ouest à avoir rejoint, lors des cinq dernières années, des organisations djihadistes. L’émergence du groupe État islamique a par ailleurs renforcé les liens entre terrorisme et criminalité, souligne le Centre international d’étude. Les organisations extrémistes délaissent de plus en plus les écoles religieuses au profit des « ghettos » européens. Ils peuvent y trouver des candidats aguerris possédant déjà un passé criminel et qui voient dans le djihadisme un moyen de « rédemption ».

Mise en place du PNR

Toujours dans ce contexte terroriste, La Commission européenne juge urgent la mise en place du fichier européen des données de passagers aériens (PNR) avant fin mai 2018. Elle s’est engagée à débloquer 70 millions d’euros supplémentaires pour aider les Etats membres à accélérer leurs travaux. Nom, prénom, et surtout itinéraire de voyage, ce fichier européen est copié sur le modèle des américains. Il permettra de centraliser les informations personnelles détenues par les compagnies aériennes sur les passagers afin d’identifier les déplacements suspects.